On connaissait déjà Picpoul, micro-resto doublé d'une vinothèque installé dans l'une des rues donnant sur l'Altitude 100 à Forest. A sa gauche, a ouvert durant l'été MangiaVino, un concept similaire mais en version italienne. Et c'est déjà un succès ! Il faut dire que son patron n'est pas un inconnu à Bruxelles. Il y a 20 ans, c'est lui qui avait lancé avec Lakhdar-Hamina le fameux Caffè Al Dente, qui avait dépoussiéré le registre de la cuisine transalpine dans la capitale.
...

On connaissait déjà Picpoul, micro-resto doublé d'une vinothèque installé dans l'une des rues donnant sur l'Altitude 100 à Forest. A sa gauche, a ouvert durant l'été MangiaVino, un concept similaire mais en version italienne. Et c'est déjà un succès ! Il faut dire que son patron n'est pas un inconnu à Bruxelles. Il y a 20 ans, c'est lui qui avait lancé avec Lakhdar-Hamina le fameux Caffè Al Dente, qui avait dépoussiéré le registre de la cuisine transalpine dans la capitale. Après cinq années passées en Toscane, Michele Rosa et sa femme Ambre sont donc de retour sous nos latitudes avec une cantine sans chichis comme on les aime. A la petite terrasse installée sur le trottoir -- tout le monde se replie à l'intérieur dans la bonne humeur en cas d'averse -- ou dans la petite salle aux allures de bistrot, on s'assied, on met les pieds sous la table et on fait confiance... De toute façon, il n'y a pas de carte. Juste un antipasto misto (15 euros) et deux plats de pâtes (15 euros). Mais ça suffit pour nous transporter en Italie ! Entre spécialités toscanes sélectionnées avec amour et légumes frais en provenance de l'enseigne Bio Vrac toute proche, l'équilibre est nickel. L'assiette de fromages et charcuteries est sobre, mais tous les produits sont de grande qualité : mortadelle, coppa, courgettes, poivrons, pecorino au lait cru du Latium affiné aux feuilles de noyer, etc. Pour la gourmandise, on rajoute une belle mozzarella di bufala (6 euros), qui arrive tous les jeudis de Campanie. Il n'en faut pas plus. Ou alors si, juste un bout de très bon pain de chez Hopla Geiss. En bulles, la patronne suggère un verre de... Lambrusco. L'idée est déroutante, mais elle connaît sa marchandise. Tout en restant dans l'esprit framboise du Lambrusco, c'est très vif, très sec. Pour accompagner la pasta del giorno (d'irréprochables pennes aux tomates cerises et au guanciale, d'une émouvante simplicité), on part sur un Terre Siciliane Calaniuru (5 euros le verre/16 euros la bouteille + 10 euros de droit de bouchon). Un vin nature top, loin des clichés du nero d'avola -- il est d'ailleurs marié au frappato pour plus de fraîcheur et de légèreté. Du coup, on en achète une bouteille. Et on rajoute un paquet des bonnes pâtes sèches bios toscanes La Selva. On craque enfin pour un tiramisu citronné, où le limoncello remplace l'amaretto, et pour une pannacotta au coulis de mûres. De quoi donner envie de revenir à midi (formule antipasto-pasta à 15 euros) ou pour le vrai aperitivo à l'italienne (buffet) le dimanche soir !