"J'avais un projet prévu vers 2024 à La Monnaie mais, vu le corona, l'impossibilité de déplacement des artistes pendant plusieurs mois, l'opéra bruxellois a dû revoir sa programmation. Lors d'une vidéo-
...

"J'avais un projet prévu vers 2024 à La Monnaie mais, vu le corona, l'impossibilité de déplacement des artistes pendant plusieurs mois, l'opéra bruxellois a dû revoir sa programmation. Lors d'une vidéo- conférence, j'ai proposé au directeur Peter de Caluwe une adaptation de ma première idée. " Fin août, en un lundi de repos face à de denses répétitions, le compositeur belge Jean-Luc Fafchamps explique la démarche de sa création bientôt présentée dans l'enceinte qui fit naître la Belgique. " On a un peu profité des circonstances actuelles très particulières, notamment du fait que La Monnaie, ces derniers mois, a pu sembler vide puisque l'intégralité du personnel n'était jamais là en même temps. D'où l'envie d'explorer aussi des lieux du bâtiment qui ne sont généralement pas accessibles au public. " Diplômé en sciences économiques, pianiste concertiste, Fafchamps est aussi un musicien explorateur, menant dans Is This The End ? un voyage dans la near-death experience. Notamment inspiré par l' Ubik de Philip K. Dick et Le livre des morts tibétains. Premier volet d'un triptyque qui mettra tour à tour au devant du récit les trois interprètes, soit Sarah Defrise, Albane Carrère et Amaury Massion. Ce dernier, davantage connu via son nom de scène Lylac, ne vient pas du lyrique mais de la pop, comme on peut l'entendre sur son nouvel album sorti ce 28 août ( I'm The Stranger) et très réussi. La particularité du requiem pop de Fafchamps mis en scène par Ingrid von Wantoch Rekowski est qu'il combine à la fois le live et de la vidéo préenregistrée. Ainsi, la scène de la Monnaie et sa fosse remontée à niveau accueillent 17 instrumentistes, 18 choristes et les trois solistes, plus le chef Patrick Davin. Cela jouera et chantera donc en live devant un public symbolique - une septantaine de personnes - avec des interventions en film, pour deux représentations seulement, diffusées en direct. Le streaming coûte 10 euros.