Fille de mai 68, la Méhari originelle vient de fêter son demi-siècle. Alors que la jeune génération bat le pavé parisien en quête de plus de libertés,
...

Fille de mai 68, la Méhari originelle vient de fêter son demi-siècle. Alors que la jeune génération bat le pavé parisien en quête de plus de libertés, c'est au golf de Deauville que Citroën dévoile le 11 mai 1968 ce modèle de loisirs très original. Simple, polyvalent et sans prétention, ce cabriolet atypique aux couleurs pop, construit sur une plateforme de Dyane 6 (elle-même dérivée de la 2CV), se distingue par sa carrosserie en plastique teinté dans la masse. Un matériau ingénieux, léger (la Méhari n'affiche que 525 kg sur la balance), qui ne rouille pas (mais sous le plastique, le châssis en acier, lui, est très sensible à la corrosion...), peut se laver au jet d'eau et s'effeuiller totalement pour vivre au grand air. La Méhari est aussi pensée pour se faufiler partout, avec son châssis à haute garde au sol. Lancée en 1979, la version 4x4 permettait même de franchir des pentes jusqu'à 60 %. Au fil du temps, la Méhari deviendra un véritable phénomène de société, notamment grâce à ses apparitions au cinéma, en particulier dans la série Le gendarme, avec Louis de Funès. Le modèle s'est aussi illustré dans plusieurs raids, comme le Paris-Dakar, en 1980. La Citroën Méhari fut produite de 1968 à 1987, à près de 145.000 exemplaires. Sa conduite reste aujourd'hui une expérience à part. Les portes en plastique s'apparentent à celles d'un engin de carrousel et le volant est aussi plat qu'une assiette posée sur une table ! Certes, sa valeur actuelle (largement plus de de 10.000 euros en bon état)est surfaite pour une deuche en plastique, mais cette voiture déborde toujours de charme...