Tu connais un bon resto végé ? " Rare il y a quelques années, la question est devenue récurrente, tant la nécessité de réduire sa consommation de protéines animales est en train de s'ancrer dans les esprits. Logiquement, les chefs suivent la tendance. Que l'on pense au chouette buffet végétarien du midi chez Bouchéry (17 euros) ou aux plats raffinés du surdoué Nicolas Decloedt chez Hortense. Lesquels ont donné un vrai coup de...

Tu connais un bon resto végé ? " Rare il y a quelques années, la question est devenue récurrente, tant la nécessité de réduire sa consommation de protéines animales est en train de s'ancrer dans les esprits. Logiquement, les chefs suivent la tendance. Que l'on pense au chouette buffet végétarien du midi chez Bouchéry (17 euros) ou aux plats raffinés du surdoué Nicolas Decloedt chez Hortense. Lesquels ont donné un vrai coup de jeune à une cuisine végétarienne restée trop longtemps prisonnière de ses clichés : tofu, tempeh, seitan, etc. Bien heureusement, végétal rime désormais avec gourmandise et diversité. Du 26 avril au 13 mai derniers, Constantin Erinkoglou enchantait, lui aussi, les papilles avec son menu Pythagore, en hommage au philosophe et mathématicien grec du 5e siècle av. J.-C., premier végétarien de l'histoire occidentale. Le chef avait conçu une douzaine de plats végétariens (dont certains ont intégré la nouvelle carte) en s'imposant, qui plus est, de ne travailler que des produits disponibles dans la Grèce antique. Pas de tomates, d'aubergines, de poivrons, de riz ou de sucre au menu donc. Mais ces contraintes permettent de se réapproprier les saveurs de la cuisine grecque. Avec par exemple de merveilleuses feuilles de vignes farcies à l'orge perlé et aux raisins de Corinthe, une crème de haricots blancs aux légumes rôtis et feuilles d'amarante, ou encore ces perles de nonne (petites pâtes fabriquées dans un monastère du Mont Pangée, dans le nord de la Grèce) travaillées en salade avec du brocoli, des haricots verts, du citron confit, etc. Et que dire de ces petits pâtés de fèves des lacs de Prespae, proposés avec une poêlée de légumes printaniers (asperges, petits pois, artichauts, etc.) ? Que c'est simple ! Que c'est bon ! Que c'est juste dans les assaisonnements ! On est bien loin de la caricature de la cuisine grecque ou de la cuisine végétarienne. Voilà une merveilleuse façon de redécouvrir le meilleur restaurant hellène de la capitale, qui offre en outre une magnifique sélection de vins grecs, avec la possibilité d'acheter quelques bonnes bouteilles à la sortie du resto ! HUBERT HEYRENDT