Un énième point de vente de kebabs n'apporte pas grand-chose de plus, a commenté Hilde Crevits (CD&V), la ministre flamande de l'Economie et de l'Emploi, en présentant la nouvelle réglementation relative à l'installation en Flan...

Un énième point de vente de kebabs n'apporte pas grand-chose de plus, a commenté Hilde Crevits (CD&V), la ministre flamande de l'Economie et de l'Emploi, en présentant la nouvelle réglementation relative à l'installation en Flandre d'indépendants non originaires de la Communauté européenne. L'ancienne législation relative aux indépendants remontait en effet à 1965 et ne répondait plus guère aux mots d'ordre actuels qui sont: innovation, emploi et valeur ajoutée. Pour atteindre ces objectifs, de nouvelles exigences seront posées, la première étant l'existence d'un plan d'entreprise dans lequel le core business est clairement défini. La deuxième est un plan financier capable d'assurer à l'indépendant au moins 120% du revenu d'intégration. La troisième impose pour les entreprises classiques un capital minimum de 18.600 euros. Ce dernier devra être versé sur un compte spécial et le banquier devra certifier que les fonds ainsi bloqués serviront réellement au démarrage de l'entreprise. Tous ceux qui arriveront en Flandre en tant qu'entrepreneur devront en outre être au moins titulaires d'un diplôme de l'enseignement secondaire.