Lancée à grand renfort de publicité au salon de l'automobile de Genève, la Bugatti Chiron, qui a succédé en 2016 à la Veyron, arrêtera définitivement sa production en ce mois de novembre. Un baisser de rideau en fanfare qui offre une ultime séance de rattr...

Lancée à grand renfort de publicité au salon de l'automobile de Genève, la Bugatti Chiron, qui a succédé en 2016 à la Veyron, arrêtera définitivement sa production en ce mois de novembre. Un baisser de rideau en fanfare qui offre une ultime séance de rattrapage. En effet, le constructeur alsacien tient à faire savoir qu'il reste à peine 40 exemplaires à saisir sur les 500 unités assemblées depuis le début de l'aventure. Le bolide aux 1.600 chevaux, capable de fournir des accélérations comparables à une F1, a connu un succès phénoménal. Dix-huit mois après sa commercialisation, il s'en était déjà vendu 300 exemplaires malgré son prix de vente et son coût d'entretien (20.000 euros la révision). La star des GT qui se retire sur la pointe des pneumatiques sera disponible pour célébrer sa fin de carrière en version Pur Sport (3 millions d'euros) et Super Sport (3,2 millions d'euros). Deux séries limitées qui se distinguent, pour la première, par un aileron arrière et une vitesse maximale de 350 km/h alors que la seconde est allongée de 25 cm pour un meilleur aérodynamisme et pulvérise les 440 km/h. Le plus dur, maintenant, est de devoir choisir...