Gilbert & George ? Costumes et diction sont impeccables, symptôme d'une éducation anglaise proverbiale. Mais si George Passmore (1942) est bien natif de Plymouth, ville côtière du Devon, son cadet Gilbert Prousch (1943) provient de la partie tyrolienne du nord de l'Italie. Les deux gentlemen en question mènent depuis un demi-siècle une oeuvre plastique qui refuse toute politesse : sexe, déjections et outrances de toutes sortes peuplent de...

Gilbert & George ? Costumes et diction sont impeccables, symptôme d'une éducation anglaise proverbiale. Mais si George Passmore (1942) est bien natif de Plymouth, ville côtière du Devon, son cadet Gilbert Prousch (1943) provient de la partie tyrolienne du nord de l'Italie. Les deux gentlemen en question mènent depuis un demi-siècle une oeuvre plastique qui refuse toute politesse : sexe, déjections et outrances de toutes sortes peuplent des tableaux composés à base de photographies retouchées, le plus souvent déclinées depuis la silhouette des deux duettistes. Jamais très loin des symboles britanniques, comme l'Union Jack détourné et métamorphosé dans ce qui constitue aussi leur marque de fabrique : la production/déclinaison en série. Depuis leur rencontre en 1967 lors d'un cours de sculpture à la prestigieuse Saint Martin's School of Art londonienne, les deux compères se distinguent en effet par une mise en scène artistique à 180 degrés de leur paisible vie " civile " quotidienne. Celle-ci se passe essentiellement dans leurs deux propriétés de la Fournier Street, quartier de l'est-londonien longtemps ignoré par la gentrification. En 2010 , ils nous déclaraient: " Nous travaillons à plusieurs niveaux, nos images ne se contentent pas de dire une seule chose à la fois ou d'être fidèles à la vision du réel. Pourquoi s'inquiéter de mourir alors qu'on ne se pose aucune question sur notre sort avant la naissance ? ". Les compères seront présents au dîner de gala du 23 janvier (sur invitation seulement), mais donnent une conférence accessible au public le 24 janvier à midi à l'IBGE sur le site de Tour & Taxis. Cinq de leurs oeuvres les plus récentes seront disposées sur le site de la Brafa sans pour autant être mises en vente.Parmi les centaines d'objets qui, eux, sont à acquérir, épinglons à la Belgian Fine Comic Strip Gallery, une planche originale d'Hergé, variation de l'édition originale de l'album Le crabe aux pinces d'or de 1941. Ou, à la Stern Pissaro Gallery, Le balcon, une huile datée de 1948 de l'indémodable Paul Delvaux.