Cela fait déjà quelques vendages que l'industrie vinicole a entrepris de dépoussiérer ses étiquettes et ses appellations à grand coup de graphisme décalé et de noms plus ou moins rigolos. Karim Rashid pousse un peu p...

Cela fait déjà quelques vendages que l'industrie vinicole a entrepris de dépoussiérer ses étiquettes et ses appellations à grand coup de graphisme décalé et de noms plus ou moins rigolos. Karim Rashid pousse un peu plus le bouchon en dessinant pour le producteur canadien de syrah et de chardonnay, Stratus Vineyards, une étrange bouteille de Cabernet complètement désaxée. Cette cuvée 2014 se compose de parties en déport qui donnent l'illusion assez nette d'avoir affaire à un flacon victime d'une triple fracture ouverte. Promoteur revendiqué d'une mise en forme extravagante, le designer est un habitué des coups d'éclat esthétiques. Cette nouvelle création confirme la règle. C'est aussi une occasion de faire connaître le vignoble Stratus, situé en Ontario, à quelques miles de la frontière américaine. Peu connue chez nous, tout comme, avouons-le, l'ensemble des vins canadiens, la firme a engagé en 2009 un vinificateur français, Jean-Laurent Groux, pour peaufiner ses millésimes et se faire une place dans un marché nord-américain totalement dominé par la Californie. A.M.