Tous les ans, le Brussels Art nouveau et Art déco festival (Banad) a pour tradition de faire (re)découvrir des endroits peu ou pas accessibles au public. Même si le mirifique Palais Stoclet, enfant de la Sécession viennoise cousine de l'Art nouveau, n'y est toujou...

Tous les ans, le Brussels Art nouveau et Art déco festival (Banad) a pour tradition de faire (re)découvrir des endroits peu ou pas accessibles au public. Même si le mirifique Palais Stoclet, enfant de la Sécession viennoise cousine de l'Art nouveau, n'y est toujours pas repris, le programme de l'événement est à nouveau très copieux, du 17 mai au 8 juin prochain. On est en effet très curieux de pénétrer dans les anciens ateliers du maître verrier Colpaert, à Schaerbeek, qui abrite des vitraux, une quincaillerie ainsi qu'un bureau d'architectes. Un peu plus sulfureux : Le Berger , hôtel construit en 1935 où les couples illégitimes se donnaient rendez-vous, dans un décor à la fois luxueux et un tantinet kitsch. A noter qu'outre ses archi- classiques (l'hôtel Solvay, la maison Horta, l'INR Flagey ou encore la villa Empain), le Banad propose aussi des lieux toujours habités, dont les propriétaires/locataires dissimulent rarement leur plaisir et leur fierté d'être visités durant ces quelques jours de printemps. Dans ce registre, on aime particulièrement la maison Tenaerts, à Uccle, tout en splendide rondeur Art déco. Le festival se fréquente en réservant à l'avance, en groupe ou non, et est agrémenté de conférences, foires aux objets d'époque et activités pour les familles et les écoles.