Autres hybrides

• L'obligation convertible n'est pas la seule forme hybride d'obligations. Il existe également des " reverse convertibles " ou obligations convertibles inverses. Cette fois, le choix n'est pas laissé à l'investisseur. C'est l'entreprise émettrice qui détermine si l'obligation est convertie ou non. Cela i...

• L'obligation convertible n'est pas la seule forme hybride d'obligations. Il existe également des " reverse convertibles " ou obligations convertibles inverses. Cette fois, le choix n'est pas laissé à l'investisseur. C'est l'entreprise émettrice qui détermine si l'obligation est convertie ou non. Cela implique un (trop) gros risque car l'entreprise prendra bien entendu cette décision en fonction de ses propres intérêts. D'autre part, le risque lié à pareille obligation est rémunéré par un coupon plus élevé. • La convertible inverse est, comme l'indique bien son nom, l'exact opposé de l'obligation convertible. Cette dernière, qui se rapproche des obligations, intéressera surtout les investisseurs défensifs. Les convertibles inverses s'adressent davantage aux investisseurs dynamiques ou offensifs. • L'obligation avec warrant est une obligation d'un type particulier. C'est une obligation - avec toutes les caractéristiques que cela implique - assortie d'un droit qui offre au titulaire la possibilité d'acquérir des actions de l'émetteur de l'obligation, à un prix déterminé d'avance. Ce droit est le warrant. Si le détenteur de ces titres échange ses warrants contre des actions, les obligations continuent à exister. Il en va autrement d'une obligation convertible, qui, une fois échangée contre des actions, n'existe plus. Tant que le warrant est lié à l'obligation, on parle d'obligations " cum warrant ". Quand le warrant est échangé contre des actions, les techniciens parlent d'obligations " ex warrant ".