• Elles tombent comme des mouches. Si c'est à Alitalia qu'a échu l'honneur douteux d'inaugurer la série, Air Berlin et - plus récemment - Monarch Airlines lui ont rapidement emboîté le pas. Le gouvernement britannique a ainsi dû ramener en Grande-Bretagne quelque 110.000 passagers bloqués à l'étranger. Selon le ministre ...

• Elles tombent comme des mouches. Si c'est à Alitalia qu'a échu l'honneur douteux d'inaugurer la série, Air Berlin et - plus récemment - Monarch Airlines lui ont rapidement emboîté le pas. Le gouvernement britannique a ainsi dû ramener en Grande-Bretagne quelque 110.000 passagers bloqués à l'étranger. Selon le ministre britannique des Transports, Chris Grayling, " c'est, en temps de paix, la plus grande opération de rapatriement " au pays. • Cette récente faillite met à nouveau les investisseurs devant les faits : les obligations peuvent parfois constituer des investissements risqués. Les notes, qui représentent la qualité du débiteur, peuvent être revues. Prenez Monarch Airlines Elle était la cinquième compagnie aérienne britannique et avait transporté des millions de passagers vers leur destination de vacances dans toute l'Europe durant près de 50 ans. • La compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair est récemment apparue sous un jour négatif après la suppression de milliers de vols. Elle risque de faire face à des demandes d'indemnisation à hauteur de plusieurs millions d'euros de la part de passagers qui se sentent dupés. Mais Ryanair n'y voit pas un problème insurmontable. Elle ne manque pas de liquidités. Les détenteurs d'obligations émises par Ryanair n'ont manifestement aucune inquiétude à avoir. • Air Berlin a encore deux obligations en EUR en circulation. La première arrive à échéance le 19/04/2018 et l'autre le 09/05/2019. La première s'échange à un cours théorique de 6,50, la deuxième à 56 % de sa valeur nominale, soit un rendement de... 49,61 %. Pour les (très) audacieux.