Le refrain est connu : l'argent appelle l'argent. Dans le petit monde des gens fortunés, la courbe ascendante ne connaît aucun fléchissement au fil des années. La plupart des riches sont toujours plus riches, toujours plus nombreux et disposent d'un patrimoine immobilier toujours plus important. Un constat qui ressort de la dernière étude sur l'immobilier de prestige publiée par Barnes et Warburg, deux sociétés immobilières internationales spécialisées dans l'immobilier de luxe. Elles ont analysé le comportement des High- Net-Worth Individuals (HNWI), des hommes et femmes qui ont entre 1 et 30 millions d'euros en poche, et des Ultra High-Net-Worth Individuals (UHNWI), ceux dont le patrimoine dépasse 30 millions d'euros. Une population qui a ses habitudes, ses besoins et dont les envies varient au gré des continents. Des gens fortunés qui font en tout cas le bonheur des agences immobilières spécialisées sur ce segment, tant le nombre de transactions est à la hausse. Un constat qui s'explique notamment par l'augmentation du nombre de UHNWI. On en recensait 255.810 en 2018 (+ 13% en un an). Un nombre qui devrait grimper à 360.390 d'ici 2022. Au total, leur patrimoine s'élève à 31.500 milliards, dont seuls 6,6% sont toutefois des actifs immobiliers. Des chiffres impressionnants qui constituent une niche sur le marché immobilier, mais qui restent particulièrement éclairants sur les tendances générales. " Même s'il est difficile de savoir combien de Belges sont concernés, vu le manque de transparence en la matière, cette tendance mondiale concerne également la Belgique, estime Nicolas Frings, CEO de Barnes Belgique. La difficulté est que, au-delà, d'un certain montant, il faut percer le mystère des constitutions de sociétés. "
...