Cela peut surprendre mais, en Scandinavie, le golf est un sport très populaire. On dénombre près de 500.000 joueurs en Suède, un pays pourtant moins peuplé que la Belgique. Et la passion du swing touche aussi la Norvège et le Danemark avec, chaque fois, plus de 120.000 affiliés. Le climat du grand Nord n'est pourtant pas idéal pour la chasse aux birdies. Les terrains sont traditionnellement fermés durant tout l'hiver, voire même davantage. Mais les joueurs locaux profitent pleinement de la saison estivale. Et entre novembre et mars, ils n'hésitent pas à s'exiler au soleil à la moindr...

Cela peut surprendre mais, en Scandinavie, le golf est un sport très populaire. On dénombre près de 500.000 joueurs en Suède, un pays pourtant moins peuplé que la Belgique. Et la passion du swing touche aussi la Norvège et le Danemark avec, chaque fois, plus de 120.000 affiliés. Le climat du grand Nord n'est pourtant pas idéal pour la chasse aux birdies. Les terrains sont traditionnellement fermés durant tout l'hiver, voire même davantage. Mais les joueurs locaux profitent pleinement de la saison estivale. Et entre novembre et mars, ils n'hésitent pas à s'exiler au soleil à la moindre occasion. Ils sont ainsi parmi ainsi les clients les plus fidèles pour des escapades golfiques en Algarve ou en Andalousie. Dans les pays nordiques, le golf est un devenu un vrai sport accessible, très prisé par les jeunes. Vingt pour cent des licenciés suédois ont moins de 20 ans. La grande majorité des 450 parcours du pays sont, il est vrai, publics, ce qui facilite la pratique de la discipline dans toutes les couches de la population. On est loin de l'image élitiste encore présente dans certains pays, comme la Belgique. Ce n'est pas un hasard, du coup, si la Suède est devenue une étonnante pépinière de champions. Henrik Stenson, vainqueur du British Open et pilier du team européen de Ryder Cup, est évidemment, son porte-drapeau emblématique. Voici près de 20 ans qu'il collectionne les exploits aux quatre coins du monde. Robert Karlsson a également signé quelques belles victoires, tout comme Alex Noren. Et faut-il rappeler que la légendaire Annika Sörenstam a été l'une des meilleures joueuses de l'histoire. Entre 1995 et 2006, elle a remporté la bagatelle de de 10 majors, participant largement à l'essor du golf féminin dans le monde. Les autres pays scandinaves suivent actuellement le même mouvement avec une percée de jeunes champions aux dents longues. Au Danemark, où Thomas Born et Thorbjørn Olesen ont vulgarisé la discipline ces dernières années, les jumeaux Rasmus et Nicolai Højgaard, 19 ans à peine, figurent parmi les valeurs montantes du swing européen. Le premier a déjà remporté son premier titre de l'European Tour en 2019 sur les greens de l'île Maurice. Et le second a terminé deuxième du dernier KLM Open en menant la vie dure à Sergio Garcia ! Et que dire de la montée en puissance du Norvégien Viktor Hovland qui, à 22 ans, vient de remporter son premier titre sur le PGA Tour, lors de l'Open de Puerto Rico. De l'avis unanime, ce joueur à la fois doué et charismatique est promis à une exceptionnelle carrière. " Le golf fait partie intégrante de ma vie. Gamin, à Oslo, je jouais tous les jours. C'était compulsif. L'hiver, je tapais des balles en indoor pour toujours progresser. J'ai ensuite décidé de passer par la filière universitaires américaine pour parfaire ma formation. Tout est allé très vite ", résume l'enfant prodige.