La victoire aux élections présidentielles françaises d'Emmanuel Macron ne fut pas une surprise pour les marchés financiers. La réaction la plus vive avait déjà eu lieu fin avril, après le premier tour. L'issue des élections aux Pays-Bas et en France est finalement rassurante, et comme prévu, les marchés européens en ont profité, qui ont pris le contrepied de Wall Street. En espérant que cette situation favorable perdure quelque peu.
...

La victoire aux élections présidentielles françaises d'Emmanuel Macron ne fut pas une surprise pour les marchés financiers. La réaction la plus vive avait déjà eu lieu fin avril, après le premier tour. L'issue des élections aux Pays-Bas et en France est finalement rassurante, et comme prévu, les marchés européens en ont profité, qui ont pris le contrepied de Wall Street. En espérant que cette situation favorable perdure quelque peu. Rappelons à ceux qui désirent prendre part à l'augmentation de capital du groupe de plantation anversois Sipef que le temps presse. Par onze actions existantes, vous pouvez souscrire à deux nouveaux titres au prix unitaire de 54,65 euros. Mais la période de souscription se termine demain (vendredi 19 mai). Prenez donc rapidement contact avec votre intermédiaire financier si vous souhaitez participer. Le début de la cotation est prévu le mercredi 24 mai. Les résultats trimestriels communiqués le 3 mai n'ont pas démenti nos thèses. Notre récent relèvement de conseil sur CF Industries à " digne d'achat " (note 1B) est justifié car de plus en plus d'éléments semblent indiquer que le marché des engrais s'affranchit actuellement d'un plancher. Il était d'ailleurs temps ; la crise dure depuis un certain nombre d'années déjà. Le géant des engrais a encore accusé une perte nette de 23 millions de dollars au premier trimestre 2017, soit -0,10 dollar par action. À comparer à une perte nette de 320 millions de dollars ou -1,38 dollar par action au dernier trimestre de l'an dernier, et au bénéfice net de 26 millions de dollars ou 0,11 dollar par action enregistré sur les trois premiers mois de l'an dernier. Ce chiffre inclut cependant plusieurs amortissements exceptionnels et dépréciations de valeur. Si l'on observe le résultat net récurrent (hors éléments exceptionnels), on constate malgré tout un bénéfice de 11 millions de dollars, soit 0,05 dollar par action. Le consensus s'était établi à 0,02 dollar par action. C'est donc légèrement mieux qu'attendu, contrairement au trimestre précédent, où le résultat s'était révélé nettement inférieur aux projections. Notons du reste que pour la première fois en plusieurs trimestres, le chiffre d'affaires, à 1,04 milliard de dollars, est légèrement supérieur au chiffre d'affaires affiché au même trimestre l'an dernier (1 milliard de dollars) et aux projections moyennes des analystes (de 993,5 millions de dollars). CF Industries n'a jamais vendu autant d'engrais qu'au cours de la période janvier-mars écoulée, mais cette fois, ce fut au prix moyen de 307 dollars la tonne. C'est certes mieux que le prix moyen de 277 dollars par tonne du dernier trimestre 2016, mais il est de 15 % inférieur à celui du premier trimestre 2016 (362 dollars par tonne). Ces dernières années, CF Industries est devenu le plus grand producteur d'engrais azotés au monde. La direction ne table sur un réel redressement des prix qu'en 2018, après une sortie de plancher courant de cette année. Les prévisions moyennes des analystes pour le deuxième trimestre ressortent à 0,27 dollar par action (contre 0,33 dollar au même trimestre l'an dernier). CF Industries a indiqué être globalement le seul acteur du secteur à accroître encore sa capacité et prévoit après 2017 que la croissance de la demande dépassera à nouveau celle de l'offre, et contribuera progressivement à un redressement des prix. Convaincus que le pire est peu à peu derrière nous, nous prévoyons un redressement du cours de l'action dans les prochains mois. Paru sur initiedelabourse.be le 16 mai LES DIRIGEANTS DE CF INDUSTRIES TABLENT SUR UN RÉEL REDRESSEMENT DES PRIX DES ENGRAIS EN 2018