Avec 476 ventes de plus d'1 million d'euros recensées à Bruxelles, Knokke et Anvers, ce segment du marché immobilier tutoie les sommets. A titre de comparaison, on n'en dénombrait que 350 il y a cinq ans, selon des chiffres du SPF Economie. " Et encore, on ne comptabilise pas les ventes au-delà de 4,5 millions qui sont seulement effectuées via des sociétés et qui sortent donc des radars, précise David Chicard, le directeur de Sotheby's Real Estate Belgium, qui se frotte actuellement les mains vu le nombre de transactions. L'immobilier de luxe reste toutefois difficile à définir en Belgique. Nous parlons pour notre part de propriétés dont la valeur excède le million d'euros. Et sur ce segment-là, le marché a été très animé ces derniers mois. "

Pour bien se rendre compte de la dynamique actuelle, Sotheby's vient de publier une analyse fouillée du marché résidentiel haut de gamme. Ses analystes ont relevé tous les biens dont la valeur dépasse le million d'euros et qui sont actuellement mis en vente à Bruxelles, Anvers et Knokke-Heist. Trois marchés que Sotheby's suit de près. Il dispose de bureaux dans les deux premiers et compte en ouvrir un à Knokke fin 2020.

Qu'en retirer ? Que l'offre est particulièrement riche à Bruxelles : 899 propriétés de plus de 1 million y sont actuellement mises en vente, dont deux tiers de maisons. Ce qui représente une valeur potentielle totale de 2 milliards d'euros. Le prix moyen de chaque bien étant de 2,285 millions. " Et il faut relever que 80% de ces propriétés se concentrent dans quatre communes : Uccle, Ixelles, Bruxelles-Ville et Woluwe-Saint-Pierre, lance Guillaume Botermans, président de Sotheby's Real Estate Belgium. Les ambassades, corporates et membres des institutions européennes sont très présents. Les Français ont par contre été remplacés par des Belges. "

A Anvers, Sotheby's a recensé 216 biens actuellement mis en vente. Ce qui représente une valeur estimée de 403 millions. Si 70% des biens sont des maisons, leur valeur moyenne est de 1,9 million. On les retrouve dans le centre d'Anvers, à Schilde, Brasschaat et Kapellen. Enfin, à Knokke, on relève 437 propriétés de plus de 1 million d'euros. Leur prix moyen est de 1,84 million. Soit une valeur estimée représentant au total 571 millions. Ajoutons que 6% des biens mis en vente sont des appartements.

Un loyer moyen de 3.200 euros à Knokke

L'étude s'est également intéressée au marché locatif, un segment du marché de luxe qui est relativement peu évoqué habituellement. Un constat : il est également à la hausse ces derniers mois. Si Sotheby's a finalisé en juin dernier la location d'une maison bruxelloise pour un loyer de 14.000 euros, les transactions au-delà de 5.000 euros sont plus rares. " Si le loyer dépasse 3.500 euros, cela ne concerne plus les Belges mais les étrangers, fait remarquer David Chicard. Au -dessus de 2.000 euros, les Belges préfèrent acheter un bien. Ajoutons que sur le plan locatif, la marque Sotheby's est un grand avantage par rapport à nos concurrents. Notre réseau international permet à un Londonien ou à un Parisien de directement frapper à notre porte. " Précisons que le marché haut de gamme se situe le plus souvent entre 2.000 et 4.500 euros. Les locations étant spécifiques au-delà. " A priori, le marché locatif n'intéresse pas nos clients qui souhaitent vendre leur bien, poursuit David Chicard. Mais ils y sont parfois contraints si un bien met du temps à trouver preneur. Cela concerne également des biens de Belges qui partent quelque temps à l'étranger ou de ceux qui investissent en fonction de leurs vieux jours. "

A Bruxelles, on retrouve 861 propriétés (dont 40% d'appartements) dont le loyer est affiché à plus de 2.000 euros. Le loyer moyen y est de 2.393 euros. Ces biens sont essentiellement situés à Uccle, Ixelles et Bruxelles-Ville (70% de l'offre). Le marché est moins dynamique à Anvers puisqu'on ne retrouve que 66 biens dont le loyer est affiché à plus de 1.750 euros. Par contre, le loyer moyen y est plus élevé qu'à Bruxelles puisqu'il atteint les 2.700 euros. On les retrouve essentiellement à Anvers, Schilde et Brasschaat. Enfin, le marché locatif est un peu plus inexistant à Knokke où on ne recense actuellement que 34 biens à louer à plus de 2.000 euros. Par contre, le loyer moyen s'envole dans la cité balnéaire puisqu'il est affiché à 3.216 euros.