" Je ne mâche pas mes mots " chante Camille sur OUÏ, son cinquième album studio paru en juin dernier. La Parisienne, qui vient de fêter ses 40 ans, en a fait une habitude : détourner la langue française (essentiellement) de ses destinations coutumiè...

" Je ne mâche pas mes mots " chante Camille sur OUÏ, son cinquième album studio paru en juin dernier. La Parisienne, qui vient de fêter ses 40 ans, en a fait une habitude : détourner la langue française (essentiellement) de ses destinations coutumières, la réinventer en la malaxant. Pour y parvenir, Camille joint l'expérimentation constante à la matrice pop, sans craindre d'égrener les genres au fil des morceaux ni de créer des rythmiques inédites, notamment par la technique du sampling. Ajoutez-y un travail en profondeur sur le son, et vous obtenez un remarquable niveau d'exigence qui séduit un vaste public : OUÏ a été numéro un en France et numéro trois en Belgique francophone. Remplissant le Cirque Royal aux derrières Nuits Bota ou le National en octobre, la chanteuse se distingue aussi par son art scénique, sans doute le plus atypique depuis l'apparition de Björk dans les années 1990. Pour sa prochaine prestation bruxelloise, on ne sait pas trop si elle débarquera dans le gigantesque drapé bleu du printemps dernier ou inaugurera un nouveau visuel, pour cet univers " camillesque " qui ne cesse de changer de peau. Tout en conservant ses atours de mystère et de sensualité.