Jeudi dernier, les ministres allemand et français de l'Economie Peter Altmaier et Bruno Le Maire, et Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne, ont donné le coup d'envoi officie...

Jeudi dernier, les ministres allemand et français de l'Economie Peter Altmaier et Bruno Le Maire, et Maros Sefcovic, le vice-président de la Commission européenne, ont donné le coup d'envoi officiel de l'Airbus des batteries défendu par le couple franco-allemand. Ce premier consortium (d'autres pourraient suivre) sera financé à hauteur de 5 à 6 milliards d'euros dont 1,2 de subventions publiques. L'enjeu est de taille puisqu'à l'heure actuelle, 97 % des composants présents dans les batteries des véhicules électriques sont fabriqués en Chine. L'idée est de créer une filière 100 % européenne, de l'extraction minière au recyclage. Dans ce premier consortium qui vise la construction d'une méga-usine de batteries en Allemagne, on retrouve PSA, via sa filiale Opel, et Saft, une entreprise centenaire rachetée par Total. La Belgique n'est pas en reste puisque neuf de ses projets ont été sélectionnés. On y retrouve Umicore, Solvay, mais aussi Prayon, Aurubis Belgique et Hydrometal.