Joseph Heinrich Beuys (1921-1986) est à l'art contemporain allemand ce que Pina Bausch est à la danse : une référence incunable, un aventurier, une inspiration hors mode. Conceptuel, métaphorique et audacieux, Beuys uti...

Joseph Heinrich Beuys (1921-1986) est à l'art contemporain allemand ce que Pina Bausch est à la danse : une référence incunable, un aventurier, une inspiration hors mode. Conceptuel, métaphorique et audacieux, Beuys utilisait autant les matériels inhabituels en art - la graisse ou la cire d'abeille - que les idées d'apparence saugrenue nourrissant une oeuvre totale, dont l'artiste fait physiquement partie, se mettant lui aussi en scène lors de représentations publiques. L'expo anversoise parcourt le lien existant entre cet homme singulier et la métropole flamande fréquentée durant les années 1960 et 1970, surtout via la Galerie Wide White Space où il donne sa performance Eurasienstab (bâton eurasien) en février 1968. Son contact avec le microcosme belge, notamment Marcel Broodthaers, laisse au créateur germanique une place particulière dans le langage de l'art contemporain national : il se méfiait du modernisme et puisait volontiers son inspiration dans le mysticisme de l'Orient. " Salutations de l'Eurasien " jusqu'au 21 janvier au MHKA à Anvers, www.muhka.be Par Philippe Cornet