Belle médaille que celle remportée par le groupe de maintenance et d'ingénierie CMI (dernièrement rebaptisé John Cockerill) qui vient d'être sélectionné pour participer au développement de ce qu'il présente comme le plus gros électrolyseur au monde. Un électrolyseur qui alimentera en hydrogène " vert " une flotte de 85 bus " zéro émission " qui circulera dans le village des Jeux Olympiques d'hiver de Pékin en 2022. Créée en partenariat avec Suzhou Jingli Hydrogen Production Equipment, c'est en effet la société chinoise Cockerill Jingli Hydrogen, filiale dont le groupe wallon détient 56 %, qui a été choisie pour assurer le support technique à la fabrication de cet électrolyseur d'une puissance de 7,5 MW. De quoi, pour l'entreprise de Seraing, poursuivre la diversification de ses activités dans le stockage d'énergie et la production d'hydrogène " vert ". Une diversification qui porte visiblement ses fruits puisque le deal succède à 15 autres contrats signés dans ce domaine par John Cockerill depuis le début de l'année, avec en particulier deux autres électrolyseurs de 5 MW. Et cela, alors que le groupe présidé par Bernard Serin s'est également positionné sur le projet " mobilité à l'hydrogène vert " de l'aéroport de Liège et qu'il a signé l'an dernier l'un des meilleurs crus de son histoire, engrangeant au terme de cet exercice 2018 un chiffre d'affaires de plus de 1,2 milliard d'euros..