Pourquoi le jury l'a-t-il choisi ?

Fondée en 2007, la marque Ice-Watch est une belle success story wallonne dont les montres s'exportent dans plus de 50 pays. La société emploie 45 personnes à Bastogne et 22 autres à Hong Kong, et affiche un chiffre d'affaires consolidé de 42 millions d'euros avec un résultat net de 4,4 millions en 2016.
...

Fondée en 2007, la marque Ice-Watch est une belle success story wallonne dont les montres s'exportent dans plus de 50 pays. La société emploie 45 personnes à Bastogne et 22 autres à Hong Kong, et affiche un chiffre d'affaires consolidé de 42 millions d'euros avec un résultat net de 4,4 millions en 2016. Ce sont les 10 ans d'Ice-Watch que Jean-Pierre Lutgen a fêté en grande pompe, il y a quelques semaines, avec un dîner-spectacle pour 400 invités. " Le succès est total quand il est partagé, scande le CEO. Cet anniversaire a permis de clouer le bec à tous ceux qui pensaient que la marque ne serait qu'un épiphénomène marketing qui allait seulement durer deux ans. " " Je n'ai pas fait d'études de commerce et mes parents ne sont pas horlogers, raconte Jean-Pierre Lutgen. Je suis parti de rien, à Bastogne, avec une feuille blanche, pour faire finalement d'Ice-Watch une marque mondialement connue. Avec mon équipe, nous avons fait la démonstration que, malgré de nombreux handicaps, on peut encore réussir dans un marché sursaturé. " " Il est triple, répond Jean-Pierre Lutgen. D'abord, nous voulons 'réinternaliser' une partie du business, notamment au niveau de la distribution. Ensuite, nous allons repartir à la conquête de certains marchés comme les Etats-Unis et l'Asie qui sont encore faibles pour l'instant. Enfin, nous souhaitons davantage occuper le terrain digital et réinvestir dans les réseaux sociaux. " " J'aime beaucoup cette phrase de Louis Pasteur qui dit que le hasard ne favorise que les esprits préparés, confie le CEO d'Ice-Watch. Un bon manager, c'est quelqu'un qui doit s'ouvrir aux opportunités et qui doit aussi donner aux autres l'envie d'entreprendre. Le Manager de l'Année doit faire rêver. Il doit être un bon ambassadeur de l'entrepreneuriat. "