Les zones franches, qui datent de mai 2014, visent à encourager les entreprises à investir dans des endroits frappés par des restructurations industrielles. Les entreprises qui y créent de nouveaux emplois bénéficient pendant deux ans d'une dispense de précompte professionnel à ...

Les zones franches, qui datent de mai 2014, visent à encourager les entreprises à investir dans des endroits frappés par des restructurations industrielles. Les entreprises qui y créent de nouveaux emplois bénéficient pendant deux ans d'une dispense de précompte professionnel à hauteur de 25% sur ces nouveaux jobs, pour autant qu'elles maintiennent l'investissement durant trois ans pour les PME ou cinq ans pour les grandes entreprises. A l'automne 2017, quatre zones franches wallonnes ont été créées, initialement pour six ans, à Seraing, Charleroi, Sambreville et Frameries afin de redynamiser des villes frappées par la fermeture de Caterpillar, Doosan, ArcelorMittal... Interrogé par L'Echo, le cabinet du ministre wallon de l'Economie Willy Borsus reconnaît que c'est un succès très limité: jusqu'à présent, ces zones ont permis de créer ... 226 emplois. Ce n'est pas une surprise pour ceux qui auraient lu un rapport de l'Iweps daté de 2014. L'institut wallon a en effet étudié les zones franches en 2006-2011 et en a conclu que cet incitant "n'a en moyenne pas exercé d'effet propre statistiquement significatif sur le volume des projets d'investissement aidés". Pourtant, la période de reconnaissance de chacune des quatre zones vient d'être prolongée jusqu'au 30 avril 2025 et la Région va créer de nouvelles zones dans les secteurs touchés par les inondations. Cherchez l'erreur.