" En 2020, mon père est mort ", écrit Nicolas Bedos dans la préface d' Incorrect. Toute ma vie, il m'aura enseigné les vertus de la liberté d'expression et de l'incorrection. Toute ma vie, je me battrai pour qu'il n'ait pas vécu pour r...

" En 2020, mon père est mort ", écrit Nicolas Bedos dans la préface d' Incorrect. Toute ma vie, il m'aura enseigné les vertus de la liberté d'expression et de l'incorrection. Toute ma vie, je me battrai pour qu'il n'ait pas vécu pour rien (...)." Le cri du coeur du fiston de Guy donne la couleur à cet ouvrage collectif revisitant la culture et les médias des années 1970 à aujour- d'hui, une anthologie à dévorer en assumant son parfum de nostalgie, qui n'est pas un vilain mot pour autant. L'occasion de (re)découvrir ces sommets d'irrévérence que furent Pierre Desproges sur France Inter, le gang de zinzins du Petit Rapporteur, Jean-Yves Lafesse sur radio Carbone 14, mais aussi le Canal époque Pierre Lescure, les magazines Hara-Kiri, L'Echo des savanes, Charlie Hebdo, Actuel, le cinéma de Jean-Pierre Mocky jusqu'à celui de Kervern et Delépine ou les BD de Crumb, Reiser, Cabu ou Wolinski, etc. Un recueil en forme d'énorme doigt d'honneur à l'ordre établi, mais qui prend une indéniable hauteur avec un indispensable entretien avec l'avocat Richard Malka ( Charlie Hebdo) autour de la liberté d'expression.