L'envolée du nombre d'appartements mis en vente l'an dernier à la même époque n'était donc qu'un leurre. Le stock est redescendu mi-mars dans des standards plus habituels, avec 537 unités mises en vente, selon les derniers chiffres livrés pour Trends-Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners. Mais si l'on doit observer une réelle tendance du marché namurois sur le long terme, elle concerne l'effondrement en cinq ans du stock d'appartements mis en vente dans la périphérie du Namur (nord et sud), que ce soit à Gembloux, Eghezée ou encore Andenne. La surface totale en cours de commercialisation était de 31.650 m2 en 2015. Elle est de 8.824 m2 aujourd'hui. Une décroissance constante, quadrimestre après quadrimestre. Comment l'expliquer ? Plusieurs communes ont freiné leur dév...

L'envolée du nombre d'appartements mis en vente l'an dernier à la même époque n'était donc qu'un leurre. Le stock est redescendu mi-mars dans des standards plus habituels, avec 537 unités mises en vente, selon les derniers chiffres livrés pour Trends-Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners. Mais si l'on doit observer une réelle tendance du marché namurois sur le long terme, elle concerne l'effondrement en cinq ans du stock d'appartements mis en vente dans la périphérie du Namur (nord et sud), que ce soit à Gembloux, Eghezée ou encore Andenne. La surface totale en cours de commercialisation était de 31.650 m2 en 2015. Elle est de 8.824 m2 aujourd'hui. Une décroissance constante, quadrimestre après quadrimestre. Comment l'expliquer ? Plusieurs communes ont freiné leur développement, comme Gembloux ou Eghezée. Reste que ce constat est relativement inquiétant. Il renforce encore davantage la stature de Namur comme capitale. Au niveau des prix, ils sont en hausse de 3 % par rapport à l'an dernier. L'appartement type de 86 m2 s'élève à 227.900 euros. Les prix sont en augmentation dans tous les districts. Alors qu'elle rassemblait 60 % du stock de toute la province, la Ville de Namur ne concentre plus " que " 50 % de l'offre. Quelque 277 appartements sont actuellement mis en vente. Le prix moyen d'un appartement de 87 m2 (la superficie moyenne de ce district) s'élève à 252.300 euros. Les prix sont en hausse de 4,5 % par rapport à l'an dernier et de 5,5 % par rapport à 2017. A 2.900 euros/m2, ils restent les plus élevés de la province. Parmi les projets en cours de commercialisation, on peut relever La Clé des Champs (Matexi) à Bouge, Vue Verte (Immobel) à Namur, Les Jardins d'Enhaive (Thomas & Piron) et le Domaine de Géronsart (Immo 3D et Thomas & Piron) à Jambes, le Plateau d'Erpent (Thomas & Piron et Immobel) ou encore la Résidence Cubic (Thomas & Piron) à Wierde. Pour le reste, en dehors de Namur-Ville, on ne peut que constater l'effondrement du stock dans la périphérie nord de Namur. Il n'y a plus que 28 unités en vente dans le cadre des projets Plouvinette (Lixon) à Gembloux et de la Résidence Thémis (Willemen) à Eghezée. A Gembloux, la situation semble se décanter pour les deux projets situés près de la gare. Près de 1.100 logements seront développés par Euro Gembloux sur l'ancien site d'Euro fonderie et par le duo Besix Red et Thomas & Piron " La Croisée des Champs ". De quoi redonner un peu de vigueur au stock d'appartements d'ici peu. Les prix ont connu une hausse de 4 % en un an et de 18 % en trois ans. Mais vu la faiblesse de l'offre, ces mouvements sont peu significatifs. Un peu plus bas, dans le district de la périphérie sud de Namur, le stock continue également de diminuer avec 82 unités en cours de commercialisation. L'essentiel de l'offre est concentré dans le projet de la résidence Samara (Sambreville) et le domaine Arc-en-Ciel à Andenne, tous les deux développés par Thomas & Piron. Relevons également le Quartier des Tilleuls (Cobelba et Koekelberg) à Andenne et la résidence Quintessence (Accès Habitat) à Maizeret. Notons que les prix n'ont pas évolué en un an. Enfin, relevons la bonne dynamique de Ciney, qui concentre la moitié du stock d'appartements dans le district de Namur-Centre. Notamment dans le projet des résidences des Damoiselles (Thomas & Piron). Les prix sont en hausse de 7 % par rapport à l'an dernier.