C'était la chronique d'une mort annoncée. Depuis le mois de novembre dernier et le scandale déclenché par ses propos parlant de 30.000 jobs en trop c...

C'était la chronique d'une mort annoncée. Depuis le mois de novembre dernier et le scandale déclenché par ses propos parlant de 30.000 jobs en trop chez VW, Herbert Diess, le président du directoire du groupe, était en sursis. Pris en grippe par les syndicats et mis sous pression par les membres du directoire en raison de résultats commerciaux décevants et de l'échec de la filiale numérique Cariad, Diess a finalement été démissionné à la fin de la semaine dernière. Pourtant, tous les experts reconnaissent que sa stratégie (tout à l'électrique, architecture numérique centralisée comme chez Tesla, remise à plat du groupe après le dieselgate, etc.) était la bonne mais pas sa méthode. Il est remplacé par Oliver Blume, le patron de Porsche.