L'inspecteur Peeters sévit aujourd'hui dans une vingtaine de pays. De la Suisse aux Etats-Unis, en passant par la Pologne et le Canada, l'anti-héros de La Trêve a définitivement placé la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la carte mondiale des séries télévisées. Tout comme sa " cousine " Ennemi Public diffusée avec succès sur TF1, cette série 100 % belge marque un véritable tournant dans l'his...

L'inspecteur Peeters sévit aujourd'hui dans une vingtaine de pays. De la Suisse aux Etats-Unis, en passant par la Pologne et le Canada, l'anti-héros de La Trêve a définitivement placé la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la carte mondiale des séries télévisées. Tout comme sa " cousine " Ennemi Public diffusée avec succès sur TF1, cette série 100 % belge marque un véritable tournant dans l'histoire de la production audiovisuelle locale. " Grâce au Fonds pour les séries belges lancé par la Fédération Wallonie-Bruxelles et la RTBF, on a pu vraiment mettre en avant nos comédiens et nos régions en créant une vraie industrie audiovisuelle, explique Anthony Rey, fondateur de la société Hélicotronc qui a produit La Trêve. On a eu une vraie liberté créative qui nous a permis de réaliser une série policière, un peu noire, qui se passe en Wallonie, loin de tout ce qu'on avait pu voir avant sur nos écrans ". Saluées par la critique, Ennemi Public et La Trêve ont non seulement réalisé de très bons scores d'audience, mais ont surtout tapé dans l'oeil des acheteurs étrangers (et même de la VRT, une première dans le paysage audiovisuel belge ! ). Tandis que la première série passait en primetime sur la chaîne privée française, le géant Netflix achetait les droits de la seconde à l'international. " Aujourd'hui, La Trêve a déjà conquis près de 30 pays, poursuit le producteur Anthony Rey et nous allons débuter le tournage de la deuxième saison en mai, avec un intérêt soutenu des chaînes étrangères qui ont déjà diffusé les premiers épisodes. " De 2,5 millions d'euros prévus pour la saison 1, le budget de production de La Trêve passera à 4,3 millions pour ce nouvel opus de 10 épisodes qui seront diffusés sur la RTBF en 2018 avant de partir à l'exportation. D'autres séries made in Belgium devraient ensuite lui emboîter le pas puisque 17 projets sont actuellement en développement dans le cadre du Fonds pour les séries belges de la Fédération Wallonie-Bruxelles. F.B.