En France, l'ouverture à la concurrence des grandes lignes commerciales de transport est prévue pour fin 2020. Et les premiers projets commencent à être déposés auprès de l'Arafer, l'autorité de contrôle. Hormis un Paris-Milan de Trenitalia faisant arrêt à Lyon...

En France, l'ouverture à la concurrence des grandes lignes commerciales de transport est prévue pour fin 2020. Et les premiers projets commencent à être déposés auprès de l'Arafer, l'autorité de contrôle. Hormis un Paris-Milan de Trenitalia faisant arrêt à Lyon, les projets émanent tous de Flixtrain, la filiale de FlixMobility qui comprend aussi Flixbus. On y trouve des liaisons Paris-Bercy-Lyon Perrache, Paris-Bercy-Nice (en horaires de nuit), Paris-Bercy-Toulouse, et Paris-Austerlitz-Bordeaux. Mais aussi un étonnant Paris-Nord-Bruxelles-Nord ! Il est question d'un train toutes les deux heures sept jours sur sept entre 8 h du matin et 20 heures dans les deux sens. Durée du trajet ? Trois heures, mais avec des arrêts, en Belgique, à Mons, à la gare du Midi et à la gare Centrale. Comme l'Izzy de Thalys, Flixtrain empruntera des voies qui ne sont pas à grande vitesse. La société allemande compte sur le prix (on parle de 10 euros par trajet) et la fréquence pour remplir ses rames. Mais puisque Flixtrain (comme Flixbus) fait appel à des fournisseurs de services, il reste encore à savoir qui fera vraiment rouler ses trains et si ceux-ci vont, tant en France que chez nous, recevoir toutes les autorisations nécessaires. Notamment celle d'emprunter la jonction Nord-Midi déjà plus que saturée...