Depuis 20 ans, ce festival, centré sur les voix et musiques du monde, a posé ses conditions : travailler à échelle humaine, loin des festivals dantesques aux programmes boulimiques. Huy s'y prête d'autant mieux q...

Depuis 20 ans, ce festival, centré sur les voix et musiques du monde, a posé ses conditions : travailler à échelle humaine, loin des festivals dantesques aux programmes boulimiques. Huy s'y prête d'autant mieux que la petite ville s'explore en quatre lieux, dont le délicieux Couvent des frères mineurs. On y découvre toujours des invités étrangers : les Italiens de The Folk Messengers, les Irlandais de McDonnell Trio ou encore le duo turquo-iranien Kayhan Kalhor & Erdal Erzincan. Et bien évidemment une rasade de groupes belges qui font revivre des traditions volontiers oubliées, comme MANdolinMAN rassemblant des interprétations de danses vernaculaires (valse d'Eppegem ou polka de Hever). Plus connus : l'accordéoniste Didier Laloye présente son nouveau projet Belem & The MeKanics, Karim Baggili mixe pop et sonorités arabes contemporaines et Nicolas Hauzeur, Hutois d'origine, a reçu une carte blanche pour explorer ses fantasmes balkaniques colorés à la brésilienne. Du 18 au 23 août en divers lieux de Huy, www.festivalarthuy.be Par Philippe Cornet