Dans de nombreux ouvrages de cette rentrée, vous trouverez explorée la figure du père. Celui dont nous aime- rions parler en priorité est 907 fois Camille de Julien Dufresne-Lamy. Dans un prologue plutôt inhabituel, il explique d'emblée qu'il va raconter son amie Camille avec son aide, "une histoire vraie qui me confisque" et l'e...

Dans de nombreux ouvrages de cette rentrée, vous trouverez explorée la figure du père. Celui dont nous aime- rions parler en priorité est 907 fois Camille de Julien Dufresne-Lamy. Dans un prologue plutôt inhabituel, il explique d'emblée qu'il va raconter son amie Camille avec son aide, "une histoire vraie qui me confisque" et l'exercice semble vertigineux, un acte de "pure folie" sur lequel il s'interroge tout en dépliant l'histoire. On pense à D'autres vies que la mienne où Emmanuel Carrère raconte feu sa belle-soeur, encouragé dans sa démarche par les proches de celle-ci. Julien Dufresne-Lamy se demande à son tour: "Com-ment faire de longues confidences un livre vrai, un vrai livre? Comment faire de mon amie une héroïne?" et, par la magie de la littérature, il y parvient avec une écriture qui fait de la place aux zones d'ombre. L'héroïne dont il est question est la fille d'un malfrat en tous genres, proxénète, condamné, emprisonné à plusieurs reprises et qui a fait la une des médias parce que lié à la chute de "DSK". Il s'appelle Dominique Alderweireld, on le surnomme "Dodo la saumure". Et même si l'auteur semble s'en défendre, ce livre est aussi un livre sur cet homme, ou plutôt sur tout ce que l'absence de cet homme et son manque maladif d'empathie empêche, détruit et oblige autour de lui, dans ce clan de femmes qui fait son entourage: ses ex-épouses, ses trois filles, sa mère. Réflexion sur la figure patriarcale, sa nocivité et nos sociétés qui consomment le corps des femmes, le livre explore la vie d'une fille devenue mère qui continue d'aimer celui qu'elle voudrait voir disparaître. Une plongée lumineuse en eaux obscures.