Un assureur, un énergéticien et un financier s'associent pour créer un fonds d'investissement dédié aux grands projets d'infrastructures en Belgique. AG Insurance, Synatom (la filiale d'Engie pour financer le démantèlement des centrales nucléaires) et la SFPI (le bras financier de l'Etat) injectent chacun 50 millions dans le fonds I4B. Ils espèrent attirer d'autres partenaires pour porter le capital à 250 millions, ce qui permettra de financer des projets jusqu'à deux milliards d'euros. Le Premier ministre Charles Michel a salué cette initiative qui combine les moyens publics et privés, "l'essence même du pacte national d'investissement". "Ils seront concentrés prioritairement pour les projets favorables à l'environnement, au développement durable et à la transition énergétique", précise le Premier ministre. I4B pourrait intervenir dans des projets d'énergie renouvelable et de stockage d'électricité, de transport urbain, de bâtiments d'intérêt public ou social, de réseaux numériques, etc. L'apport de financements privés permet de ne pas inclure les investissements dans le périmètre de la dette publique. Mais évidemment, cela implique de prévoir un rendement financier pour ces partenaires. Interrogé par L'Echo, le CEO de Synatom, Robert Leclere, a cité le chiffre de 8% par an. Cela contribue aussi à la diversification des placements de ces différents investisseurs.