Grâce à des ventes meilleures que prévu au quatrième trimestre, Ahold Delhaize est parvenu à lever partiellement les doutes par rapport à l'évolution du marché américain. Au troisième trimestre, les investisseurs avaient été déçus par la pression sur les marges aux États-Unis, où Ahold Delhaize réalise deux tiers de son bénéfice. Les investissements dans des prix plus bas en réponse à la concurrence ont pesé sur le chiffre d'affaires (CA) et sur les marges. La croissance du CA comparable est dès lors restée à la traîne sur le territoire américain, à un maigre 0,3 %.
...

Grâce à des ventes meilleures que prévu au quatrième trimestre, Ahold Delhaize est parvenu à lever partiellement les doutes par rapport à l'évolution du marché américain. Au troisième trimestre, les investisseurs avaient été déçus par la pression sur les marges aux États-Unis, où Ahold Delhaize réalise deux tiers de son bénéfice. Les investissements dans des prix plus bas en réponse à la concurrence ont pesé sur le chiffre d'affaires (CA) et sur les marges. La croissance du CA comparable est dès lors restée à la traîne sur le territoire américain, à un maigre 0,3 %. Pourtant, contre toute attente, le quatrième trimestre a été synonyme d'une légère amélioration. Dans un trading update sur ce trimestre, Ahold USA a rapporté une hausse du CA comparable de 0,2 %, et Delhaize America a même affiché +2,2 %. Ces chiffres sont convenables, à plus forte raison parce que les commerçants américains continuent de se livrer une guerre des prix, ce qui a résulté, ce trimestre-là, en une baisse des prix de vente de 1 à 1,5 %. La progression du CA est donc totalement attribuable à une augmentation des volumes vendus. Delhaize America, surtout, est parvenu à récupérer des clients après la réorganisation mise en oeuvre, les mêmes clients qu'il avait perdus ces dernières années en appliquant des prix trop élevés et en investissant trop peu dans le réseau de magasins. Les conséquences de ces chiffres de vente sur les marges et le bénéfice aux États-Unis ne sont pas révélées dans le rapport, mais la direction a déjà indiqué que la marge opérationnelle sous-jacente de l'ensemble de l'année 2016 sera en ligne avec celle des trois premiers trimestres, et légèrement supérieure à la marge de 2015. Cette indication conforme aux attentes rassure les investisseurs. Sur ses marchés domestiques, les Pays-Bas et la Belgique, Ahold Delhaize a enregistré un succès mitigé au quatrième trimestre. La croissance comparable du CA aux Pays-Bas, à 6,6 %, est particulièrement sensible, ce qui est notamment attribuable au succès du pôle e-commerce. L'entreprise y a lourdement investi mais Bol.com et Ah.nl ne contribuent pas encore à la rentabilité. On en saura plus lors de la publication des résultats annuels définitifs, le 1er mars prochain. En Belgique, Ahold Delhaize en reste à une croissance de son CA comparable d'un maigre 0,9 % pour une part de marché stable. Le groupe dans son ensemble a clôturé 2016 sur une croissance de son CA comparable de 2,8 %. Légèrement mieux que prévu. Selon la direction, les cash-flows libres se situeraient, comme attendu, autour de 1,3 milliard EUR. Sur une capitalisation boursière d'environ 25 milliards EUR, cela représente un rendement de cash-flow libre satisfaisant d'environ 6 %. Le rapport cours/bénéfice (14 fois le bénéfice attendu pour 2017) et la valeur de l'entreprise (8 fois le cash-flow opérationnel) sont raisonnables, cependant. Les ventes légèrement supérieures aux prévisions outre-Atlantique au quatrième trimestre rassurent les investisseurs. Bien que la pression sur les prix persiste sur le marché américain. L'action n'est pas chère et présente une décote de 10 à 20 % par rapport à la moyenne. Nous relevons le conseil à " digne d'achat ". Conseil : digne d'achat Risque : faible Rating : 1A Paru sur initiedelabourse.bele 29 janvier DELHAIZE AMERICA EST PARVENU À RÉCUPÉRER LES CLIENTS QU'IL AVAIT PERDUS.