Comme moult collègues, Benoît Neusy est confronté à un problème de rentabilité de son Impératif planté au milieu du Domaine d'Arondeau à Roucourt. La réouverture du restaurant étoilé a été repoussée en septembre. Pour autant, Benoît Neusy ne va pas passer l'été les doigts de pied en éventail mais les mains au bord du barbecue. Avec le chef en charge de l'événementiel au domaine, il a concocté un projet éphémère de haute facture : La Terrasse by Benoît Neusy. Au milieu du parc, il a planté une tente ouverte et y a dressé 66 couverts sur tables hautes et bass...

Comme moult collègues, Benoît Neusy est confronté à un problème de rentabilité de son Impératif planté au milieu du Domaine d'Arondeau à Roucourt. La réouverture du restaurant étoilé a été repoussée en septembre. Pour autant, Benoît Neusy ne va pas passer l'été les doigts de pied en éventail mais les mains au bord du barbecue. Avec le chef en charge de l'événementiel au domaine, il a concocté un projet éphémère de haute facture : La Terrasse by Benoît Neusy. Au milieu du parc, il a planté une tente ouverte et y a dressé 66 couverts sur tables hautes et basses. Le soir, l'ensemble, avec ses lampions et ses vieilles caisses de bières en bois, a des allures de fête au village. Dans une pergola en dur adjacente, le chef a installé une cuisine éphémère. A l'avant, trônent fièrement deux barbecues Ofyr, pièces maîtresses du dispositif. Quasiment toute la carte proposée va, en effet, y passer. Comme, en entrée, les calamars marinés à l'ail et citron confit servis avec des herbes fraîches, de la feta, des olives noires et de l'aïoli (16 euros). Ou les grosses gambas (18 euros) qui accompagnent un bouillon thaï aux légumes croquants. Pour la suite, le chef propose des grillades de boeuf Txogitxu. Ce " wagyu espagnol " est servi en faux filet (28 euros), en entrecôte (22,50) ou en côte à l'os. Outre du saumon bio, du thon rouge et de la daurade, Neusy propose une fantastique parillada de poissons et crustacés grillés (53 euros pour deux) présentée sur une longue planche de bois. Un must ! Le chef s'amuse aussi au terre-mer avec un surf and turf à l'américaine où il mêle du homard avec des shorts ribs de boeuf (30 euros) ou avec un duo de poulpe et lard confit à basse température (22 euros). A côté de l'inévitable camembert chauffé au barbecue (8 euros), la carte des desserts recèle une pépite : de l'ananas mariné aux épices, grillé sur Ofyr et flambé au rhum (10 euros). Top ! La carte des vins, courte, est étoffée par les suggestions personnelles de Rodolphe, le sommelier. A noter : la jolie carte des bières qui met les brasseries du coin à l'honneur (Caulier, Dubuisson, Dupont, Abbaye des Rocs, etc.). A l'arrivée, cette terrasse vaut le détour par la qualité des produits et des cuissons et son côté dépaysant. Seul hic bien compréhensible : les plats ont tendance à vite refroidir et il ne faut donc pas musarder en chemin. Pour le reste, qu'il pleuve ou vente (le cas lors de notre visite), le client est bien protégé et chouchouté avec des couvertures et des chaufferettes. Réservation plus qu'indispensable !