En cause, une kyrielle d'obligations de service public (OSP) qui peuvent être écologiques, techniques ou sociales, telles que le financement des certificats verts, la multiplication des pôles de chargement pour véhicules électriques, le financement d'un tarif social pour les plus démunis ou celui d'un prix maximum pour tout raccordement.
...

En cause, une kyrielle d'obligations de service public (OSP) qui peuvent être écologiques, techniques ou sociales, telles que le financement des certificats verts, la multiplication des pôles de chargement pour véhicules électriques, le financement d'un tarif social pour les plus démunis ou celui d'un prix maximum pour tout raccordement. Toutes ces obligations ont bien évidemment un coût que le consommateur final supporte sans vraiment s'en rendre compte dans la mesure où les factures qui lui sont périodiquement adressées ne brillent guère par leur transparence. Et un malheur arrivant rarement seul, l'Etat fédéral a, lui aussi, des exigences en matière d'OSP, de sorte que la facture grimpe à 329 euros par an pour les ménages et 4.207 euros pour les PME. Dans ces prélèvements, la Flandre se taille la part du lion avec, au total, une recette de près de 1,7 milliard d'euros dont le régulateur flamand du marché (VREG) vient de livrer, pour la première fois, le détail. Outre le manque de transparence de ces prélèvements forcés, le régulateur critique également leur déséquilibre. Les OSP sont en effet prélevées à plus de 90% via la facturation de la consommation d'électricité. Une aberration ou, à tout le moins, un mauvais signal si l'on veut évoluer vers une société moins carbonée, critique le VREG. L'actuelle transition énergétique, commente-t-il, favorisera la montée en puissance tant des pompes à chaleur que des véhicules électriques de sorte que, jointe à la multiplication d'unités de production décentralisées, l'électricité sera l'énergie du futur, conclut le régulateur qui dans la foulée, invite le gouvernement flamand à analyser et le cas échéant, revoir la manière dont il finance les obligations de service public qu'il impose.