Sous la pression des organismes de contrôle, les institutions financières ont été obligées d'affiner le contrôle du traitement des données en interne afin d'éviter une nouvelle crise bancaire, ce qui a permis à Collibra d'ancrer son positionnement. La start-up propose désormais un large éventail de logiciels capables de gérer, développer et analyser les données plus efficacement. Actifs dans tous les secteurs, les clients sont principalement des grandes multinationales.
...

Sous la pression des organismes de contrôle, les institutions financières ont été obligées d'affiner le contrôle du traitement des données en interne afin d'éviter une nouvelle crise bancaire, ce qui a permis à Collibra d'ancrer son positionnement. La start-up propose désormais un large éventail de logiciels capables de gérer, développer et analyser les données plus efficacement. Actifs dans tous les secteurs, les clients sont principalement des grandes multinationales. " On pourrait dire sans vraiment exagérer que les données sont devenues une question de vie ou de mort pour les entreprises, confie le CEO Felix Van de Maele qui a créé l'entreprise en 2008 avec trois autres collègues chercheurs de la VUB. Ces dernières années, quasiment toute les entreprises ont pris conscience de l'importance de ces données. " Collibra vend son logiciel via une formule d'abonnement, aux grandes entreprises principalement. " Le Software as a Service est un modèle commercial efficace, explique Felix Van de Maele. Il génère des revenus récurrents et surtout, il fait en sorte qu'on partage les mêmes intérêts. Comme le client peut se désabonner à tout moment, il faut sans cesse le convaincre que le logiciel contribue à son succès afin de le fidéliser. Un réel défi mais, à long terme, cette pression s'avère bénéfique. Nous visons essentiellement les grandes entreprises dans le secteur financier et en dehors. " Collibra est pionnière dans les logiciels de traitement des données. L'énorme potentiel du marché attire de nombreux acteurs, des grosses pointures comme IBM et SAP. A en croire Felix Van de Maele, Collibra se distingue aisément de la concurrence. " Notre offre unique nous assure une position de force, assure-t-il. Nous avons débuté dans la data governance où toute la question est de savoir comment faire confiance et utiliser correctement ses données. Depuis lors, nous avons élargi notre offre à des fonctionnalités facilitant l'utilisation des données ad hoc et leur analyse, grâce notamment à l'intelligence artificielle. Le troisième pilier de notre offre se concentre sur la réglementation de plus en plus stricte en matière de respect de la vie privée et de protection des données. Nous aidons les entreprises à se conformer à la réglementation, parfois différente d'un pays à l'autre. Nous avons des concurrents, c'est certain, mais 'ne rien faire' est notre plus grand concurrent. De nombreuses entreprises essaient encore de se débrouiller avec des fichiers Excel et d'autres documents partagés en interne au lieu d'utiliser un logiciel spécialisé. " Collibra est valorisée depuis le début de l'année à plus d'un milliard de dollars au terme d'une injection de capital de 100 millions de dollars. C'est la première entreprise tech belge à obtenir le statut tant convoité de licorne. Depuis la dernière levée de fonds, le nom de Capital G (filiale de Google) a été ajouté à la liste des actionnaires où figurent entre autres Index Ventures, Battery Ventures, Iconiq Capital. Ce dernier est le gestionnaire de patrimoine de Mark Zuckerberg et quantité d'autres milliardaires de la tech. Les attentes grandissent à chaque levée de fonds. " La barre est de plus en plus haute, effectivement, admet Felix Van de Maele. Mais l'aventure reste passionnante. Les opportunités sont de plus en plus nombreuses et nous devrions passer cette année le cap des 100 millions de dollars de chiffre d'affaires. Nous nous considérons comme une entreprise mondiale. L'Europe et l'Amérique sont nos plus grands débouchés actuels. Nous ambitionnons de nous étendre ailleurs dans le monde également. Nous avons déjà une équipe en Australie. L'arrivée de Capital G devrait booster notre croissance internationale. Nous collaborons avec le département cloud de Google pour l'intégration de nos produits. Nous faisons pareil avec Amazon et Microsoft. Outre les nouveaux clients, nous cherchons également à conclure des contrats de plus en plus importants. "