" Même les centres des villages bouchonnent ! " Tel est le cri d'alarme lancé dans une lettre ouverte au ministre flamand de la Mobilité par un quarteron de bourgmestres CD&V dans le sillage du nouveau record de files de mardi (445 km) et de la ferme...

" Même les centres des villages bouchonnent ! " Tel est le cri d'alarme lancé dans une lettre ouverte au ministre flamand de la Mobilité par un quarteron de bourgmestres CD&V dans le sillage du nouveau record de files de mardi (445 km) et de la fermeture du ring d'Anvers après un accident. Très rapidement, les voiries secondaires se sont retrouvées, elles aussi, à l'arrêt. Et pour les bourgmestres des localités ainsi engorgées, c'en est trop. Guidés par Waze ou Google-Apps, les automobilistes sont de plus en plus nombreux à sillonner les routes alternatives, tout comme les camionneurs désireux d'échapper aux péages. Interpellé, le ministre Ben Weyts affirme ne pas disposer de chiffres fiables même si, à son initiative, des données GPS sont agrégées depuis le1er septembre pour certaines communes. Sur la base de ces données, des panneaux d'interdiction peuvent être placés. " Mais c'est refiler la patate chaude aux communes alors que pour les artères régionales, nous dépendons de la Région ", regrette Eddie De Block, bourgmestre Open-Vld de Merchtem. D'autres doigts se font plus accusateurs encore : construire des centres commerciaux le long d'axes de transit régional devrait être interdit, comme c'est le cas aux Pays-Bas depuis 1996.