Une équipe d'astronomes de l'Université de Liège a découvert un nouveau système exoplanétaire (hors du système solaire), composé de sept planètes, dont trois habitables. Un système planétaire " fascinant ", disent-ils et qui relance la quête de la vie dans l'univers. D'où l'incroyable intérêt manifesté dans le monde entier pour cette découverte. " Cela démontre le très haut potentiel de la recher...

Une équipe d'astronomes de l'Université de Liège a découvert un nouveau système exoplanétaire (hors du système solaire), composé de sept planètes, dont trois habitables. Un système planétaire " fascinant ", disent-ils et qui relance la quête de la vie dans l'univers. D'où l'incroyable intérêt manifesté dans le monde entier pour cette découverte. " Cela démontre le très haut potentiel de la recherche scientifique et des développements technologiques en Wallonie, confie Michaël Gillon, l'astronome de l'ULg qui pilotait l'équipe de recherche. De tels résultats n'arrivent pas par hasard. Ils sont le fruit d'une vision, d'un intérêt pour la science et le futur. " Et de rappeler que le FNRS a financé le télescope, que l'Université et la Région wallonne ont soutenu les recherches... Bref, il y a de quoi être fiers. Mais ce n'est pas vraiment le genre de la maison. " Nous ne sommes clairement pas un pays de frimeurs, poursuit Michaël Gillon. Le succès est pris avec une certaine relativité et je trouve cet état d'esprit plutôt sain. Ce n'est pas de la fausse modestie. Je suis fier de ce que nous avons accompli mais sans aucun sentiment de supériorité par rapport aux autres. " Ce détachement se manifeste jusque dans les appellations imaginées par Michaël Gillon et son comparse Emmanuel Jehin : leur projet de recherche s'appelle Speculoos et le système planétaire découvert a été baptisé Trappist. Qui à part des Belges pouvaient placer de tels clins d'oeil ? " Cela montre que, sans parler de fierté, nous n'hésitons pas à souligner l'origine belge ou wallonne de nos projets ", résume notre interlocuteur. L'économie régionale devrait à terme tirer parti de telles avancées en recherche fondamentale. " Tous les efforts pour trouver de la vie ailleurs impliquent des efforts de développement technologique, conclut Michaël Gillon. Les techniques et matériaux utilisés ici intéresseront sans doute des secteurs industriels et généreront indirectement des retombées positives. " C.D.C.