Les essais menés depuis 2014 dans la région d'Anvers s'étant révélés concluants, l'Agence flamande pour les routes et la circulation (AWV) encouragera dès le 1er janvier prochain la pose d'un asphalte à la fois plus résistant et plus écologique. Ce nouveau type de revê...

Les essais menés depuis 2014 dans la région d'Anvers s'étant révélés concluants, l'Agence flamande pour les routes et la circulation (AWV) encouragera dès le 1er janvier prochain la pose d'un asphalte à la fois plus résistant et plus écologique. Ce nouveau type de revêtement peut être en effet mis en oeuvre à 110 °C au lieu de 155 °C pour les asphaltes traditionnels, ce qui entraîne une réduction d'un tiers environ du volume de CO2 émis. Les ouvriers sont moins exposés aux rejets, et même l'automobiliste y trouve son compte. Avec des temps de refroidissement plus courts, les routes peuvent en effet être rendues plus rapidement à la circulation. L'AWV, qui consomme annuellement un million et demi de tonnes d'asphalte pour construire de nouvelles routes ou réparer les anciennes, pourrait ainsi économiser 4.500 tonnes de CO2 par an. Pour y parvenir, ès l'année prochaine, l'Agence accordera à l'asphalte vert une " réduction fictive " de 5 euros par tonne qui sera prise en compte dans l'évaluation des offres. Les entrepreneurs soumissionnaires " verts " obtiendront de la sorte un meilleur score que les fournisseurs d'asphalte classique. Une manière comme une autre de préparer la transition. Dès 2021, l'utilisation d'asphalte vert deviendra en effet la norme pour tous les travaux effectués sur les routes de Flandre. Guillaume Capron