Il suffit d'un quart de seconde pour tout foutre en l'air. C'est encore plus cruel quand cela se passe à un âge où l'on n'a pas toutes les cartes en main. Wilfried a frappé l'un de ses camarades du centre de formation de Saint-Etienne. La bêtise lui vaut l'exclusion et l'extinction brutale de ses ambitions de footballeur professionnel. S'ensuit un retour abrupt dans sa banlieue et sa famille d'accueil. La colère monte en lui : la perspective de devoir revivre avec sa mère qui l'a laissé aux services sociaux ne le pousse pas à se construire un futur.
...