C'est plus une garantie qu'une prédiction : le président iranien Hassan Rohani assure que son pays mettra en échec les efforts des Etats-Unis pour l'isoler sur le plan économique. Il se trompe. En 2019, le peuple iranien souffrira car les sanctions américaines ne laisseront guère d'autre choix aux banques et aux entreprises étrangères que de déserter le pays. Loin de l'emporter sur le "Grand Satan", ainsi qu'ils surnomment les Etats-Unis, les dignitaires du régime religieux iranien risquent de perdre le pouvoir eux-mêmes, quand les manifestations engendrées par la situation économique, la corruption et l'aventurisme étranger ébranleront le pays.
...