Les trois premières économies de la zone euro - l'Allemagne, la France et l'Italie - viennent d'écrire à la Commission européenne pour lui demander de réfléchir ...

Les trois premières économies de la zone euro - l'Allemagne, la France et l'Italie - viennent d'écrire à la Commission européenne pour lui demander de réfléchir à un projet de réglementation qui permettrait aux pays de se protéger plus efficacement contre les OPA étrangères sur des entreprises stratégiques. Cette initiative a été motivée après une vague de rachats de fleurons européens par des entreprises chinoises. Comme ceux des robots Kuka, des machines-outils KraussMaffei, des semences Syngenta ou des pneus Pirelli (photo). L'argument principal ? La Chine refuse une telle réciprocité d'achat chez elle. Ceci étant, Pékin vient de demander à ses champions industriels de freiner leurs " shoppings " à l'étranger... du moins dans le foot, les hôtels ou les casinos. Par Jean-Christophe de Wasseige