La planète golf n'a donc pas échappé aux con- séquences de la pandémie de Covid-19. Après l'European Tour (qui avait déjà annulé les tournois prévus au Kenya, en Inde, en Malaisie et en Chine), c'est le PGA Tour américain qui a été contraint de déprogrammer plusieurs épreuves. Et non des moindres.
...

La planète golf n'a donc pas échappé aux con- séquences de la pandémie de Covid-19. Après l'European Tour (qui avait déjà annulé les tournois prévus au Kenya, en Inde, en Malaisie et en Chine), c'est le PGA Tour américain qui a été contraint de déprogrammer plusieurs épreuves. Et non des moindres. La semaine dernière, le Players Championship avait pourtant débuté normalement sur le parcours du TPC Sawgrass, en Floride. Mais, au soir du premier tour, les organisateurs ont subitement décrété l'arrêt immédiat du tournoi. Quelques heures plus tard, c'était au tour de Fred Ridley, président de l'Augusta National Golf Club, d'annoncer le report sine die du Masters, prévu du 9 au 13 avril prochain. Il avait été question, un moment, que le premier tournoi du Grand Chelem se dispute à huis clos. Mais l'idée n'a pas fait son chemin. " Nous espérons que le Masters puisse se disputer à une autre date cette année ", a confié Fred Ridley, sans donner davantage de précisions. Depuis sa création en 1934, le Masters n'a été annulé que lors de la Seconde Guerre mondiale. Pour tous les passionnés de golf, c'est un rendez-vous sacré. Un peu comme Wimbledon pour les amoureux de tennis. " Mais nous vivons des circonstances exceptionnelles et nous ne pouvons prendre aucun risque ", reconnaît le président. Voilà donc le swing professionnel mondial en mode pause pour une durée indéterminée. Sur l'European Tour, le prochain tournoi est théoriquement prévu fin avril, sur le parcours andalou de Valderrama. Mais, vu la situation actuelle en Espagne, il n'est pas sûr du tout qu'il puisse se dérouler. La reprise pourrait donc n'avoir lieu qu'en mai, lors de l'Open du Danemark. Sur le circuit américain, le flou est tout aussi important. A l'instar de la NBA et de la plupart des grandes Ligues sportives professionnelles américaines, le PGA Tour est actuellement à l'arrêt. Tout est annulé au moins jusqu'à la mi-avril. Cette situation pose évidemment plein de questions pour la suite d'une saison qui s'annonçait très riche avec, en prime, le tournoi olympique de Tokyo et la Ryder Cup. Les joueurs, eux-mêmes, sont complètement perdus et perturbés. Thomas Pieters et Thomas Detry avaient prévu de participer au Corales Championship de Punta Cana, fin mars. Mais le tournoi a, lui aussi, été rayé des tablettes. " On est dans le flou absolu. Même les événements privés prévus pour les sponsors sont reportés ", résume Vincent Borremans, manager de Nicolas Colsaerts. Sport de plein air, se jouant en pleine nature et sans contact physique, le golf devrait être l'un des premiers à reprendre du service. En attendant, le chômage technique est devenu la norme sur les greens.