Pour rappel, le plan de transformation de Proximus prévoit la suppression de 1.300 postes et le recrutement de 1.250 spécialistes du digital. Pour limiter les licenciemen...

Pour rappel, le plan de transformation de Proximus prévoit la suppression de 1.300 postes et le recrutement de 1.250 spécialistes du digital. Pour limiter les licenciements secs, l'opérateur a mis en place un plan de départs volontaires qui, outre le préavis légal, comporte une prime de 1.750 euros brut par année d'ancienneté. Visiblement, ce plan a séduit puisque 1.300 personnes se sont portées candidates au départ. Sur papier, Proximus pourrait donc se passer de licenciements secs. Dans la pratique, c'est un peu plus compliqué puisqu'il faut une adéquation entre les postes supprimés et les candidats au départ. A première vue, selon les syndicats, seule une petite dizaine de licenciements secs pourrait avoir lieu. Ils concerneraient des personnes qui ne souhaitent pas participer à une requalification suite à la suppression de leur poste.