L'interdiction faisait partie de l'accord de gouvernement conclu en 2019 mais elle vient d'être confirmée officiellement et assortie d'un calendrier: Bruxelles va bannir les véhicules diesel d'ici à 2030 et les motorisations à essence d'ici à 2035. Des exceptions sont prévues pour les autocars, les poids lourds ainsi que pour les ...

L'interdiction faisait partie de l'accord de gouvernement conclu en 2019 mais elle vient d'être confirmée officiellement et assortie d'un calendrier: Bruxelles va bannir les véhicules diesel d'ici à 2030 et les motorisations à essence d'ici à 2035. Des exceptions sont prévues pour les autocars, les poids lourds ainsi que pour les véhicules spéciaux (ambulances, police, pompiers, armée, etc.). Le calendrier phase de façon précise la disparition des différents véhicules suivant leur catégorie. Plus aucun diesel ne sera autorisé à partir de 2030: voitures, motos, scooters, quads, camionnettes (N1). A cette date, seuls les véhicules essence immatriculés après le 1er janvier 2021 (norme Euro 6D) pourront encore circuler. A partir de 2035, seules les voitures électriques seront autorisées à circuler. A cette date, toutes les motorisations essence, CNG et LPG seront interdites. Y compris les hybrides, les motos et les scooters à essence (ces derniers dès 2028). Des mesures de soutien, à l'instar de la prime Bruxell'Air destinée aux particuliers qui renoncent à la voiture et de la prime LEZ destinée aux PME, seront mises en place et amplifiées. Cette interdiction vaut aussi pour les voitures wallonnes, flamandes et étrangères même si des mesures d'exception (autorisation quelques jours par an) seront d'application. Il reste à prévoir des bornes de recharge électrique en suffisance. De 300 aujourd'hui, elles devraient atteindre les 11.000 à l'horizon 2035 selon le plan dévoilé. L'objectif des autorités bruxelloises est de réduire de 25% l'usage de la voiture et de 75% les émissions de gaz à effet de serre liées à la circulation d'ici à 2035.