C'est désormais un classique de la rentrée bruxelloise: des galeries réparties dans la ville, une quarantaine cette année, s'ouvrent pendant quatre jours à un public qui ne les fréquente pas forcément. Pour passer de l'une à l'autre, on conseille le vélo (éle...

C'est désormais un classique de la rentrée bruxelloise: des galeries réparties dans la ville, une quarantaine cette année, s'ouvrent pendant quatre jours à un public qui ne les fréquente pas forcément. Pour passer de l'une à l'autre, on conseille le vélo (électrique ou pas), meilleur moyen d'éviter les problèmes de parking. Ou la marche, mais celle-ci se révélera un peu longue si l'on veut visiter davantage que les propositions du centre-ville. Une fois de plus, la diversité esthétique mais aussi d'architecture et d'amplitude, reflète la nature même de Bruxelles: cosmopolite, riche, diverse, inattendue. La plupart des galeries présentent des expos collectives dans des lieux qui, parfois, méritent à eux seuls le détour. Exemple avec Aeroplastics ( photo), superbement installé dans un hôtel moderniste de l'avenue Roosevelt, mêlant sources de lumière naturelle et plafonds en stucs historiques. Pas moins impressionnante, La Maison de Rendez-Vous, à Saint-Gilles, qui abrite plusieurs galeries dans un environnement vintage stylé. Et puis, comme troisième coup de coeur architectural, voilà la Templon, sise dans la belle rue Veydt et qui, en pleine cité, offre à ses artistes exposés un espace qui respire hors le temps.