Quelque 6.000 Flamands louent actuellement de manière régulière, soit une chambre, soit un logement complet via la plateforme de location en ligne Airbnb, ce qui leur rapporte en moyenne 2.800 euros...

Quelque 6.000 Flamands louent actuellement de manière régulière, soit une chambre, soit un logement complet via la plateforme de location en ligne Airbnb, ce qui leur rapporte en moyenne 2.800 euros par an. En principe, tous ces loueurs doivent s'enre-gistrer auprès de Toerisme Vlaanderen. En pratique, ils ne s'y bousculent pas. Une fois enregistrés, ils doivent en effet pouvoir produire diverses attestations, notamment en matière de sécurité incendie. Ils sont en outre connus du fisc. Les contrôles sont rarissimes et ne dépassent guère 20 par an, quasi tous déclenchés sur base d'une plainte. Pour obtenir les adresses à contrôler, Ben Weyts (N-VA), ministre flamand du Tourisme, s'est tourné vers Airbnb qui, malgré des demandes aussi pressantes que réitérées, refuse de coopérer. Cette attitude agace d'autant plus le ministre que d'autres sites de location, tel Booking.com se montrent plus accommodants. Fort fâché, le ministre a décidé, si rien ne change, de saisir la justice.