L'avantage d'un théâtre à deux salles est de pouvoir combiner des univers contrastés. Au Petit Varia, celui de Des caravelles & des batailles emprunte librement à La Montagne magique de Thomas Mann : un microcosme joué ...

L'avantage d'un théâtre à deux salles est de pouvoir combiner des univers contrastés. Au Petit Varia, celui de Des caravelles & des batailles emprunte librement à La Montagne magique de Thomas Mann : un microcosme joué de façon théâtre-théâtre par une poignée d'acteurs prenant en charge de longs dialogues dans une mise en scène pour le moins minimaliste. Où il est question de la chute de l'Empire inca, du délire quotidien du monde et de nos utopies. Plus entraînant, au Grand Varia, Ton joli rouge-gorge annonce un scénario davantage barré : accompagnés d'un robot, quatre adolescents, atteints d'un mal mystérieux et dégénératif, vont se cacher dans la forêt. Où, dans un lieu à l'allure de camping abandonné, ils vont tenter de recréer des relations sociales alors que la maladie les rend de plus en plus " sexistes, homophobes et intolérants ". Découvrant assez vite qu'ils ne sont pas les seuls dans le bois... Le tout, via un dispositif loufoque et un humour sombre.