Les autoroutes sont d'inépuisables sources de pollution sonore qui souvent transforment la vie des riverains en enfer. Pour y remédier, la Flandre avait adopté le " fluisterasfalt " (l'asphalte chuchotant, Ndlr), un type de revêtement hydrocarb...

Les autoroutes sont d'inépuisables sources de pollution sonore qui souvent transforment la vie des riverains en enfer. Pour y remédier, la Flandre avait adopté le " fluisterasfalt " (l'asphalte chuchotant, Ndlr), un type de revêtement hydrocarboné qui présentait l'avantage d'atténuer les bruits de roulement mais avait aussi pour inconvénient d'être verglacé trop rapidement en hiver, ce qui posait quelques problèmes en matière de sécurité. Il devait en outre être remplacé tous les sept ans, ce qui avait entraîné son abandon progressif. L'Agence flamande des routes et de la circulation (AWV) teste à présent un nouveau type de revêtement, le " geluidsarm asfalt " (l'asphalte pauvre en bruit, Ndlr) qui, selon l'AWV, " réduit davantage la pollution sonore que les écrans anti-bruit classiques ". Ces derniers ne protègent que les habitations situées juste derrière alors que " l'asphalte pauvre en bruit " possède une action à longue portée. Sa durée de vie est également plus grande que celle du " fluisterasfalt ". Un premier tronçon de 2,25 kilomètres est actuellement en cours d'installation sur l'E313, dans les environs de Hasselt. Si l'expérience se révèle concluante, elle sera généralisée. GUILLAUME CAPRON