Ouvert au printemps 2016, trois semaines après les attentats de Bruxelles, le Millenium Iconoclast Museum of Art en bord de canal de Bruxelles dépassait fin 2016 les 40.000 visiteurs. Chiffre impressionnant pour l'ex-brasserie industrielle Belle-Vue devenue lieu muséal, explorant la culture 2.0 dans...

Ouvert au printemps 2016, trois semaines après les attentats de Bruxelles, le Millenium Iconoclast Museum of Art en bord de canal de Bruxelles dépassait fin 2016 les 40.000 visiteurs. Chiffre impressionnant pour l'ex-brasserie industrielle Belle-Vue devenue lieu muséal, explorant la culture 2.0 dans ses manifestations street, celles des graffs, tags et peintures murales. Le curateur Daniel Hofstede invite ici le maestro hollandais Boris Tellegen - Delta - à prendre possession des trois étages qui mènent du pavé au toit et sa vue 360° sur la ville. Les oeuvres de Boris Tellegen épousent arts plastiques, graphisme, architecture, musique, design ou film. La proposition du musée molenbeekois est impressionniste et non chronologique, rencontrant dans un désordre voulu le CV de l'artiste transversal diplômé d'ingénierie en design industriel. Il y a de l'astuce et de la géométrie chez Boris Tellegen, comme si l'aventure de la rue - et des graffs sauvages qu'il pratique toujours - était l'autre face obligatoire d'un désir plus architecturé. Au Mima, on passe d'une petite salle où trônent un flipper customisé et une vitrine de mini-robots " goldorakiens " à une série de pochettes et tableaux évoquant des plans de constructions imaginaires. L'ordre raisonnable est chamboulé au deuxième étage par un vaste meuble-totem, dont les embouts dépassent même les fenêtres du Mima pour défier le vide. " A Friendly Takeover " au Mima à Bruxelles jusqu'au 28 mai, www.mimamuseum.eu Par Philippe Cornet