Alors que l'espoir d'une réelle sortie de crise sanitaire grandit, la prochaine vague de fusions et acquisitions se prépare déjà. Cherchant à se renforcer dans la santé, Unilever lorgne la division grand public de GlaxoSmithKline (GSK). Ce dernier a confirmé avoir reçu et refusé trois offres dont une dernière en décembre de 50 milliards de livres sterling en cash et...

Alors que l'espoir d'une réelle sortie de crise sanitaire grandit, la prochaine vague de fusions et acquisitions se prépare déjà. Cherchant à se renforcer dans la santé, Unilever lorgne la division grand public de GlaxoSmithKline (GSK). Ce dernier a confirmé avoir reçu et refusé trois offres dont une dernière en décembre de 50 milliards de livres sterling en cash et en actions. Mais Unilever n'a pas encore renoncé et négocie avec ses banques, selon l'agence Bloomberg. Une offre globale de 55 à 60 milliards de livres sterling (66 à 72 milliards d'euros) est évoquée, malgré la sanction de près de 7% en Bourse ce lundi et le "ne faites pas ça" lancé à l'unisson par les analystes qui pointent un prix élevé, le peu de synergies et l'inexpérience du groupe au niveau réglementaire. Alan Jope, CEO d'Unilever, a tenté de convaincre en insistant sur le caractère stratégique d'une telle opération et la rotation attendue du portefeuille. Le propriétaire de Dove, Magnum ou Knorr cherche à remplacer ses marques alimentaires à la traîne. Voilà pourquoi il a jeté son dévolu sur la santé et ce pôle grand public de GSK (Voltaren, Panadol, Sensodyne, etc.) qui affichait une croissance organique de 8% au troisième trimestre. Le prix à payer est certes élevé et un tel changement de cap a de quoi faire peur aux analystes et investisseurs habitués à une stratégie stable. Mais une poursuite de la sous-performance du titre, qui ne cesse de s'aggraver, coûterait bien plus cher aux actionnaires sur le long terme. Et après deux années perdues pour cause de pandémie, le temps presse pour Unilever comme pour bien d'autres groupes désireux de relancer leur stratégie par des acquisitions.