En quelques jours, le bitcoin a connu une dégringolade spectaculaire. Le 19 mai dernier, il plongeait de -30% en quelques heures. A son point le plus bas, il se négociait aux alentours de 32.000 dollars. C'est deux fois moins qu'un mois plus tôt! Le 15 avril dernier, la star des cryptomonnaies atteignait en effet une valeur record, proche des 64.000 dollars l'unité. Du jamais vu sur la planète crypto. La suite est moins réjouissante...
...

En quelques jours, le bitcoin a connu une dégringolade spectaculaire. Le 19 mai dernier, il plongeait de -30% en quelques heures. A son point le plus bas, il se négociait aux alentours de 32.000 dollars. C'est deux fois moins qu'un mois plus tôt! Le 15 avril dernier, la star des cryptomonnaies atteignait en effet une valeur record, proche des 64.000 dollars l'unité. Du jamais vu sur la planète crypto. La suite est moins réjouissante... Le bitcoin est un actif numérique extrêmement volatil et imprévisible. Ses soubresauts sont légion. Notons tout de même que la tendance globale reste positive pour le bitcoin, qui est depuis fin 2020 sur une pente clairement ascendante ( voir graphique). Il y a un an, sa valeur se situait sous la barre des 10.000 dollars! Cela étant, le récent krach a secoué la planète crypto. Mais comment l'expliquer? Différents événements concomitants apportent des éléments de réponse. Le premier suspect désigné n'est autre qu'Elon Musk. Très actif sur Twitter, le charismatique entrepreneur américain ne cache pas sa sympathie pour le secteur dérégulé et sulfureux des cryptomonnaies. Mais ces derniers mois, il a soufflé le chaud et le froid avec ses tweets, qui semblent avoir une influence non négligeable sur le marché crypto. Au début de l'année, il annonçait que son entreprise Tesla plaçait 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin, et qu'il serait bientôt possible d'acheter ses véhicules électriques avec de la cryptomonnaie. Dans la foulée, le cours du bitcoin bondissait. La semaine dernière, il faisait machine arrière. Invoquant l'impact environnemental de la création de bitcoin (un processus appelé minage), qui sollicite d'énormes capacités informatiques, le milliardaire supprimait l'option de paiement en bitcoin pour les Tesla. Dans la foulée, le cours du bitcoin plongeait. Deuxième suspect désigné: la Chine. Les autorités de régulation financière chinoises ont sifflé la fin de la récréation sur le marché des cryptomonnaies. Après des années de tolérance, le pays veut désormais serrer la vis et appelle les établissements financiers à ne pas développer de services liés aux cryptomonnaies. Pékin estime que ce ne sont "pas de vraies devises" et que la spéculation autour du bitcoin "menace l'ordre économique mondial". Rien que ça. Les autorités chinoises ont également mis un coup de frein aux opérations de minage de bitcoin. Ce secteur économique est pourtant largement dominé par des entreprises chinoises ( lire également page 54) dont certaines ont du coup annoncé l'arrêt de leurs activités. Après ces différents événements et ce vertigineux crypto-krach, le cours du bitcoin amorçait une légère embellie.