Chez Oxfam, le travail est bien plus que strictement commercial. La dimension politique fait partie intégrante de notre mission, à savoir la promotion structurelle du commerce équitable ", explique Luc Van Haute. Une de ses tâches consiste à préparer l'avenir de l'organisation. " Oxfam a longtemps joué un rôle de pionnier, explique-t-il. Le conseil d'administration et les équipes de bénévoles doiven...

Chez Oxfam, le travail est bien plus que strictement commercial. La dimension politique fait partie intégrante de notre mission, à savoir la promotion structurelle du commerce équitable ", explique Luc Van Haute. Une de ses tâches consiste à préparer l'avenir de l'organisation. " Oxfam a longtemps joué un rôle de pionnier, explique-t-il. Le conseil d'administration et les équipes de bénévoles doivent à présent se fixer un nouvel objectif pour les 10 années à venir. " Pourquoi Luc Van Haute a-t-il choisi les Magasins du Monde Oxfam ? " Oxfam est une marque forte dont le potentiel ne fait aucun doute. Sa mission doit être élargie. Oxfam est un levier important, surtout à l'heure où le nationalisme et l'isolationnisme refont surface. Une organisation comme Oxfam se situe à l'autre extrémité du spectre. Travailler ici nécessite un réel engagement. Ce n'est pas le genre de boulot qu'on peut faire sans s'investir à fond. Je n'ai d'ailleurs jamais travaillé sans m'engager. Mieux vaut apprendre à pêcher que donner un poisson, j'en suis pertinemment convaincu. " Après des études de marketing à l'Antwerp Management School, Luc Van Haute a complété sa formation par un programme de marketing retail & trade à la Vlerick Business School au cours de sa carrière. Il a débuté dans le secteur de la publicité, notamment chez Koncept, McCann-Erickson, TBWA et Lintas. En 1995, il bascule vers le secteur de l'édition, d'abord chez Medialogue (Sanoma), ensuite chez Wolters-Kluwer. En 2009, il est nommé directeur général de la Fondation contre le Cancer, une fonction qu'il a assumée jusqu'en décembre 2016. La transition vers le non-marchand s'est faite en douceur. " Le jour de mes 50 ans, je me suis dit 'c'est le moment où jamais'. J'avais déjà travaillé 30 ans et il me restait 15 ans à prester. " Le secteur non marchand a-t-il besoin de 'commerciaux' ? " Il a surtout besoin d'une façon de procéder efficace et ciblée. Le savoir-faire fait parfois défaut dans la vente et le marketing. " AD VAN POPPEL